Ouvriers serviteurs ou ouvriers patrons

Classé dans : Predication | 0

Ouvriers serviteurs ou ouvriers patrons. Jésus est venu non pour être servi mais pour servir et se donner en rançon pour plusieurs. Le Christ lui-même nous montre l’exemple. Dieu est notre patron et nous sommes ses serviteurs. Le serviteur regarde la main de son maître. Imitons notre maître !

Ouvriers serviteurs ou ouvriers patrons

Prédication donnée à l’assemblée CCN-Bethlehem de Rouen, par le Pasteur Moshé Barnabas le 7/11/2021.
Les prédications peuvent être suivies en direct le dimanche à partir de 11h (heure de Paris) à l’adresse suivante : CCN-Bethlehem/live

Sommaire

1 – Les yeux sur la main du maître
2 – Jésus, l’agneau de Dieu a donné sa vie en rançon
3 – Allons de lieu en lieu comme Jésus
4 – L’Esprit de sacrifice

.

1 – Les yeux sur la main du maître

Gloire à Dieu ! Nous sommes dans la joie d’écouter la Parole du Seigneur. Nous allons lire le psaume 123 au verset 2

Lecture de Psaumes 123:2

Voici, comme les yeux des serviteurs sont fixés sur la main de leurs maîtres,

   Et les yeux de la servante sur la main de sa maîtresse,

   Ainsi nos yeux se tournent vers l’Éternel, notre Dieu, Jusqu’à ce qu’il ait pitié de nous.

« Voici comme les yeux des serviteurs sont fixés sur la main de leur maître, et les yeux de la servante sur la main de sa maîtresse. » Pourquoi ? Premièrement avec la main on peut donner des instructions, on peut dire : Viens ! Va ! Deuxièmement,  avec la main on donne aussi les moyens d’accomplir les ordres.

Notre thème

Notre thème est : Ouvriers-serviteurs ou bien ouvriers-patrons ? Qu’est-ce que Dieu attend-il de nous ? Que l’on soit des ouvriers serviteurs! Un serviteur s’attend à ce que son patron lui donne des instructions et les moyens d’y obéir. Il est au service du patron, il contribue à la réalisation des projets du patron. Mais un ouvrier-patron est travailleur comme tout le monde, mais il travaille pour lui-même.

Les boulangers artisans sont ouvriers-patrons. Le patron travaille aussi, il fabrique le pain. On peut le considérer comme un ouvrier jusqu’à ce qu’on nous dise : C’est le patron. Il a des objectifs de patron, même s’il a l’apparence de l’ouvrier. Il ne travaille pas pour un autre patron.

Dieu veut que notre regard soit sur lui, que nous attendions ses instructions. Ainsi est le serviteur.

L’esclave

Bien-aimés, dans la Bible le mot esclave a été traduit par serviteur. Car maintenant l’esclavage est interdit. Mais à l’époque où ce texte a été écrit il y avait des esclaves. Le mot esclave n’était pas péjoratif. Même affranchis, certains esclaves préféraient  rester avec leur maître. Tout dépendait du maître. Si tu avais un bon maître, tu préférais rester esclave. Si nous regardons ce qu’est un esclave, il fait la volonté de son maître sans discuter. Comme les yeux des serviteurs sont fixés sur la main de leur maître, il attend l’ordre, il est fier d’y obéir. Il attend aussi les moyens d’agir. C’est le maître qui les lui donne.

La corruption dans l’Église

Nous vivons un temps corrompu où les gens cherchent à être des ouvriers-patrons dans l’église et non des ouvriers-serviteurs. Beaucoup de gens travaillent « pour Dieu », mais la grande majorité travaille pour ses propres objectifs, ils ne regardent pas la main du maître. Ils fonctionnent comme des vrais travailleurs, mais ils ont leurs objectifs personnels. Cela finit par les corrompre eux-mêmes ainsi que les autres. Les jeunes voient leurs aînés travailler pour eux-mêmes, afin de remplir des salles, de construire des bâtiments, d’avoir des richesses… Dans les milieux chrétiens, on pointe les richesses  comme critère  de bénédiction. On montre sa maison, ses voitures …. Et on dit : Dieu est avec moi !

C’est grave ! Cela n’existe pas dans la Bible quelqu’un qui montre ses richesses pour prouver que Dieu est avec lui. Le fait que  la Parole de Dieu s’accomplit dans la vie de quelqu’un prouve que Dieu est avec lui, et non pas ses richesses, sa réussite, ou une foule qui le suit…

Bien-aimés, combien suivent les footballeurs, les stars du showbiz, des millions … Ce n’est pas parce que beaucoup suivent un homme que Dieu l’approuve ! Ce n’est pas parce qu’un serviteur de Dieu est très riche que Dieu l’approuve !

Ouvriers-patrons c’est le système d’aujourd’hui. Chacun travaille dans une structure divine mais dans l’objectif de s’élever soi-même.

(00:10:00) Lecture de Matthieu 20:20-28

20 Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de Jésus avec ses fils, et se prosterna, pour lui faire une demande.

21 Il lui dit: Que veux-tu? Ordonne, lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans ton royaume, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche.

22 Jésus répondit: Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire? Nous le pouvons, dirent-ils.

23 Et il leur répondit: Il est vrai que vous boirez ma coupe; mais pour ce qui est d’être assis à ma droite et à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu’à ceux à qui mon Père l’a réservé.

24 Les dix, ayant entendu cela, furent indignés contre les deux frères.

25 Jésus les appela, et dit: Vous savez que les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands les asservissent.

26 Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur;

27 et quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave.

28 C’est ainsi que le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.

.

2 – Jésus, l’agneau de Dieu, a donné sa vie en rançon

C’est notre verset principal, Matthieu 20 :28 : C’est ainsi que le Fils de l’homme, Jésus, est venu non pour être servi mais pour servir et donner  sa vie en rançon pour plusieurs. Il est venu pour servir, mais quel service ? Donner sa vie en rançon de plusieurs. Vous savez ce qu’est une rançon ? C’est ce que l’on donne en échange de la récupération des otages, des esclaves, des condamnés. Tu vas donner dix millions, ainsi tu récupères l’otage. Les humains sont esclaves du péché, de Satan et de la mort. Jésus est venu pour être la rançon afin que nous soyons libérés. Il va subir le sort d’un otage, d’un prisonnier. On va le frapper, le maltraiter, le crucifier à la place des anciens otages que nous étions. Il est venu servir de rançon.

Jésus a dit : Le disciple n’est pas plus grand que son maître. Qu’il fasse comme son maître est déjà très bien ! Mais qu’il ne pense pas dépasser son maître. Aujourd’hui les ouvriers chrétiens ont dépassé le maître. Ils parlent d’argent, d’honneur, de succès. De choses dont la maître n’a pas parlé. La mesure du disciple est le maître. Lui-même dit qu’il n’est pas venu pour qu’on le serve mais pour que lui nous serve.

Il n’est pas venu pour être servi

Un fois, j’étais à l’étranger. Après la réunion souvent les frères partagent un repas. Un pasteur était venu pour me voir. Après la réunion, nous nous levons pour aller nous servir. Bien-aimés, ce pasteur n’a pas bougé de sa chaise. Il est resté assis car il voulait que l’on vienne le servir. Je ne suis pas contre le fait de servir quelqu’un, mais je dis que l’on ne doit pas l’exiger. L’attitude des serviteurs d’aujourd’hui est celle de patrons. Ils s’assoient et obligent les autres à les servir. Nous n’avons pas à rechercher cela. Que cela arrive, c’est la grâce de Dieu que l’on nous serve, mais  nous n’avons pas à l’exiger.

Le ministère-carrière

Aujourd’hui on parle de son ministère comme d’une carrière, avec des élévations, des salaires qui augmentent, une notoriété qui croît. Ils en parlent  comme d’une carrière humaine. Or Jésus dit : Le Fils de l’homme est venu pour être donné en rançon. Il est venu pour servir. Dans Jean 12, il a pris de l’eau, une serviette et a commencé à laver les pieds de ses disciples. Pierre a dit : Jamais ! Jésus lui a fait comprendre que s’il ne le laissait pas faire  il sortirait de son groupe. S’il ne comprenait pas ces choses il ne lui appartiendrait plus. Pierre s’est incliné.

Je fais cela pour vous montrer l’exemple, vous montrer ce que vous devez faire aux autres. De nos jours celui qui se dit pasteur, diacre ou autre …. S’attend à être élevé, considéré, à ce qu’on le serve. Le Fils de Dieu, le plus grand serviteur de Dieu, Dieu lui-même fait homme, a lavé les pieds de ses disciples. Il a dit : Si moi, le maître, je peux vous laver les pieds, alors que ne feriez-vous pas pour vous humilier ? Je suis  votre créateur et je vous lave les pieds.

Empêchement au réveil

Le langage a changé aujourd’hui, les gens sont devenus des patrons. Le réveil ne peut pas venir dans ces conditions. Dieu sait que s’il envoie le réveil, chaque instrument va constituer son entreprise chrétienne sur laquelle il va régner en parton en prétendant qu’il a l’onction, la vision. Les autres devront s’incliner devant lui, le servir. Il va instaurer un système d’audience. Il faut faire une demande longtemps à l’avance pour qu’il te reçoive. Le système des stars.

Ils ne prient pas avec vous. Il vient seulement au moment où il doit faire son spectacle. Pendant que les autres adorent, prient, il est ailleurs. Ils disent qu’ils se concentrent avec Dieu. Mais il est un frère au milieu de nous. Je comprends que parfois on est obligé de se mettre à part pour prier et recevoir quelque chose. Mais lorsque cela devient un système, ce n’est pas de Dieu. Et l’on peut aussi recevoir au milieu des frères et sœurs. Nous sommes des humains, nous ne pouvons pas tout juger. Il peut arriver que l’on se mette à part avant de prêcher. Il n’y a pas de problème. Nous ne voulons pas créer des règles. Mais cela ne doit pas devenir un système.

L’humilité avant l’autorité

Les autres prient, s’humilient devant Dieu, louent leur Seigneur et toi tu te mets à part, en patron. Dès que le moment arrive, quelqu’un te porte ta Bible, on te sort avec des gardes du corps ! Ce sont des patrons, ce n’est pas biblique. Jésus s’est fâché sur Pierre : Attention, si tu ne me laisses pas faire, tu n’es pas digne de moi. Si tu ne me laisses pas faire, toi-même, tu ne feras pas la même chose que moi ! Si tu refuses que je le fasse, quand tu seras l’autorité que je vais établir tu ne t’humilieras pas.

Les autres respecteront l’autorité qui s’humilie, par la puissance du Saint-Esprit et non par la position qu’il revendique. C’est le Saint-Esprit qui dira aux autres de respecter l’autorité. Ce n’est pas en t’imposant  par ton titre, que ton autorité sera reconnue par les autres.

Les dîmes sont pour Dieu

Aujourd’hui, nous voyons des ouvriers-patrons, des églises avec des difficultés financières, des bâtiments inachevés, alors que la maison du pasteur ressemble à un palais royal. Il dit que c’est la priorité. Il prend les dîmes pour lui. Les dîmes représentent 10 %. Les offrandes sont de plus petites sommes. Certains disent que les dîmes sont pour le pasteur et les offrandes pour l’église. Le pasteur prend la plus grande part, lui un humain, qui n’a rien fait pour nous sauver ! Jésus est allé jusqu’à la croix ! C’est le Saint-Esprit qui a inspiré la Bible. Cet homme prend tout ce qu’on devrait donner à Dieu ! Un patron !

Certains vous diront : Ce n’est pas de ma faute, ce sont les gens. Mais tu dois résister à ceux qui veulent te transformer en patron, tu dois refuser.

(00:23:10) – Refusons les honneurs

Quand certains ont voulu se prosterner devant les apôtres, ils ont refusé, à chaque fois. Paul et Silas, en déchirant leurs vêtements, ont refusé que les gens s’inclinent devant eux. « Nous sommes comme vous » Dieu est le patron, nous, nous sommes des ouvriers, des serviteurs de Dieu.

Tout le monde, dans le milieu chrétien, excusez-moi de dire « tout le monde » car c’est tellement répandu, 99,99%. Il y a des exceptions, mais ce sont vraiment des exceptions qui confirment la règle.  Tout le monde s’attend à être félicité, ce qui fait que nous ne supportons plus les critiques. Nous n’acceptons plus que les gens ne nous apprécient pas, ne nous reconnaissent pas. Nous ne supportons plus que nos prédications n’aient que cinquante vues.

Sers ton patron

Tu sers pour les vues sur Youtube ou pour obéir à Dieu ? « Les regards du serviteur  sont sur la main du maître. » Pas sur le nombre de vues ! Le matin, ils regardent le nombre de vues. Non ! Tes regards doivent être fixés sur ton Dieu. Que veut-il de toi ? Qu’attend-il de toi ? Quelles sont ses instructions ? Quels sont ses moyens ?

C’est pourquoi j’aime beaucoup les chiens. Ils regardent leur maître, et ses mains. Dans le jeu qui consiste à lancer un objet qu’ils te ramènent, ils surveillent  tes mains pour voir si tu vas encore le lancer…

Je me sens dans la même situation par rapport à Dieu. Tu es au service de Dieu, tu le regardes. Le Seigneur nous dit qu’en étant à son service, nous devons être au service des autres puisque lui, on ne le voit pas. Comment être à son service ? En étant attentif à ce qu’il veut qu’on fasse pour les autres. Quand tu es avec les autres tu les considères comme les invités de ton patron, tous les enfants de Dieu, les serviteurs de Dieu, tu les considères  comme les serviteurs de ton patron. Donc tu les sers car ils sont les invités de ton boss. Quand tu vois les païens, tu  les considères comme les objectifs de ton patron. Donc tu es attentif à ce que ton patron veut pour eux.

Les plaintes

Ce n’est pas une carrière qu’il faut viser. Faire du succès dans la musique, en tant que prédicateur, en tant que missionnaire. Non ! Bien-aimés, c’est obéir à Dieu en tant que missionnaire, que chantre, que prédicateur. Ce n’est pas être prédicateur pour tel ou tel objectif. Ne sois pas ouvrier-patron !

Je répète ce que Jésus dit dans Matthieu 20 :28 : Le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et être donné en rançon pour plusieurs. Quel service ! Le principal service  pour le Fils de Dieu est …

Relisons Matthieu 20:28

Il est venu, non pour être servi, comme le patron qui attend qu’on lui fasse ceci, cela. Beaucoup d’hommes de Dieu ne font que se plaindre : On ne s’occupe pas de moi ! Ma voiture est en panne ! Mes enfants sont malnutris, personne ne le voit ! L’église ne fait pas ce qu’il faut !

Le ministère de l’agneau

Non, bien-aimés, Christ dit : Je suis venu pour servir et non  pour être servi. Il ajoute : Je suis venu pour être donné en rançon. Voilà le principal ministère du Fils de Dieu, c’est le ministère de l’agneau, le sacrifice parfait. L’agneau de Dieu livré et crucifié pour que nous les humains soyons sauvés. Il nous appelle à l’imiter dans le service de tous les jours, mais aussi dans le service ultime qui est de donner sa vie pour les autres. Tu n’en retires rien, tu perds tout ! Mais il y a la suite au ciel ! La gloire nous attend au ciel. Sur terre, il nous appelle à saisir son ministère principal, c’est de se livrer afin que les autres reçoivent la vie.

C’est pourquoi Jésus ne se plaignait pas qu’on le critique, qu’on le mette  de côté. Il est venu se livrer pour tous ces gens-là, il venait dans ce but.

.

3 – Allons de lieu en lieu comme Jésus

(00:30:45) – Lecture de Actes 10:38

38 vous savez comment Dieu a oint du Saint Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui.

Dieu était avec Lui, et il a utilisé cette puissance. Il a été oint. Dans quel  but a-t-il été oint ? Nous allons relire ce passage.

Relecture.

Amen, amen ! Il allait de lieu en lieu faisant le bien et guérissant les gens, en les libérant de l’emprise du diable ; prêchant la Bonne Nouvelle. Il allait de lieu en lieu en accomplissant ce travail. C’était son service quotidien, pour se terminer par le principal : Son sacrifice à la croix.

Le refus d’aller de lieu en lieu

Aujourd’hui, on recherche la puissance, les dons de Dieu, pour faire carrière, pour le succès personnel. On veut  être reconnu et on ouvre des salles de spectacle appelées  églises, mais elles sont devenues des salles de spectacle comme dans le monde.  Des théâtres et autres où des musiciens se produisent régulièrement. Surtout autrefois on avait tel groupe qui se produisait le samedi soir pendant plusieurs mois. Les gens payaient pour se rendre au spectacle.

De nos jours on refuse d’aller de lieu en lieu comme Jésus. On refuse l’aspect missionnaire, on veut rester dans un endroit, l’embellir, en faire une salle de spectacle, et s’y produire régulièrement. On  s’attend à être félicité et à recevoir de l’argent. Ce n’est pas le service de Dieu !

Ce sont des ouvriers-patrons, ils bossent pour eux-mêmes et ne travaillent pas pour le Seigneur.

Où sont les missionnaires ?

Bien-aimés, imaginez-vous que certaines salles peuvent contenir 20 000 personnes. Si ces personnes se déplaçaient, ils sauveraient rapidement l’humanité. Si vous avez les moyens de construire une salle de 20 000 places, vous avez aussi les moyens de pourvoir au déplacement de ces personnes. Mais ils ne vont pas le faire car ils ne seront pas très connus. Se déplacer demande un sacrifice, nous avons un corps physique et il faut des moyens matériels. Qui va donner l’argent pour se déplacer ?

Quand on reste sur place, on a des pourvoyeurs réguliers. Nous n’entendons plus beaucoup de gens qui se disent missionnaires ou évangélistes. Tous finissent pasteurs. Là, au moins, ils créent un endroit avec des pourvoyeurs réguliers. Les ministères itinérants qui comptaient sur Dieu, par la foi, pour pourvoir, n’existent pratiquement plus. Les gens ont perdu la foi.

(00:35:09) – Jésus a dit dans Luc 18:8

Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?

Ils ne veulent pas se déplacer car en se déplaçant, on a un public nouveau et on n’a pas forcément les mêmes revenus que lorsque l’on reste sur place. Ces personnes ne connaissent pas Dieu ! Ils travaillent dans la structure « de Dieu » mais ne le connaissent pas.

Le simple lecteur de la Bible dans Luc 10 :3 :4 voit Jésus dire aux apôtres : Je vous envoie mais sans argent ! Ne prenez pas d’argent ! Et dans Luc 22 :35, Jésus leur demande s’ils ont manqué de quelque chose. Ils répondent : Non, maître ! Dieu a toujours pourvu !

L’évidence

Un simple lecteur de la Bible voit cela, s’il est humble, il regarde Jésus et met cela en application. Mais s’il regarde ce qui se fait autour de lui, il va se dire : C’est irréaliste, quand même il faut bien que les gens nous donnent ceci … Non ! Entre les gens et Jésus, qui est le plus réaliste ? Jésus est notre créateur ! Cela donne envie de se fâcher ! A qui donnons-nous le  plus de crédit ? A Jésus ou aux pasteurs qui ont du  succès et qui n’auront qu’un temps ? Attention, ils vont passer !

Benny Hinn a eu son temps, aujourd’hui il est criblé de dettes. Il a menti en disant qu’il ferait une nouvelle Jérusalem aux Etats-Unis. Il a gardé l’argent pour lui, mais maintenant cet argent est fini. On dépense tous les jours : Jets privés, impôts de la maison, les hôtels six étoiles ….. Quand tu te déplaces avec dix personnes en première classe, cela coûte cher. Même si tu as dix millions, cela part…

.

4 – L’Esprit de sacrifice

Ils ont refusé Jésus-Christ et ont préféré le système humain. Ils sont devenus des ouvriers-patrons. Quand tu les vois exercer, tu te dis que ce sont des bons ouvriers, mais quand tu approfondis tu vois qu’ils travaillent pour eux-mêmes. L’énergie de l’ouvrier est là, mais pour eux-mêmes. Cette énergie n’est pas  sacrificielle. Elle est calibrée, limitée, de sorte qu’ils prennent le temps de se reposer. Ils ont calculé les choses afin que leur corps ait du temps pour prendre du « bon temps ».

A certains moments, ils dépensent une certaine énergie, ce qui peut tromper beaucoup de gens, et leur faire croire qu’ils sont serviteurs de Dieu. Ils ont des conseillers du monde, des médecins, des coaches sportifs qui ont déjà réparti leur temps. Ils savent que pendant deux heures, ils vont se lâcher, les gens vont être impressionnés. Après ils iront à la plage …

S’épuiser pour Jésus

Quand on leur dit : Et l’œuvre de Dieu ? Ils répondent : Vous connaissez tel serviteur qui est mort d’épuisement, et tel autre … c’est vrai certains sont morts d’épuisement. Mais je préfère mourir d’épuisement pour Jésus que vivre bien pour moi-même, car Jésus, lui, il est mort pour moi. Il a donné sa vie pour moi.

En Birmanie, Ko-Tha-Byu, un membre de la tribu des Karen, était un bandit méchant, il était vraiment mauvais. Et Adoniram Judson , un autre Paul, un autre Jésus, a été envoyé par Dieu en Birmanie. En sept ans, aucune conversion. Heureusement ! Ce « heureusement », il l’a compris lui-même plus tard. Quand tu fais sept ans sans résultat, tu n’es pas bien, tu te dis que tu as échoué !

Le véritable échec

Tu travailles pour qui ? Si tu travailles pour un patron, tu n’as pas échoué. Si le patron te donne un million pour acheter de la nourriture pour ses enfants pour une semaine. Tu achètes ! Ce n’est pas à toi de dire : C’est du gaspillage ! Ce n’est pas ton problème ! Ton problème est de plaire à ton patron. Tu dois penser cela. Tu reviens en disant à ton patron que tu as fait ton travail, je t’ai honoré. Et lui, dira : Entre dans la joie de ton maître, tu m’as obéi !

En référence à Matthieu 25:21

21 Son maître lui dit: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître.

Ce n’est pas à toi de décider que tu as échoué, c’est la patron qui te diras que tu as échoué. Beaucoup de chrétiens estiment qu’ils sont en échec parce qu’ils n’ont pas de résultat. Ce n’est pas à toi de juger de ce que tu fais. C’est au patron ! A combien de personnes Dieu a-t-il dit qu’ils ont échoué alors qu’ils pensaient avoir réussi !

Dieu connaît toute chose

Adoniram Judson, pendant sept ans, pas de conversion! Heureusement ! Pendant ces sept ans, il a traduit la Bible en langue birmane. Il se rendra compte plus tard que, si dès le départ, il avait eu des âmes à prendre en charge, il n’aurait pas eu le temps de  traduire la Bible.

Attention ! Dieu connait tout ! Il maîtrise la situation ! La septième année, Judson a racheté Ko-Thah-Byu, homme tellement mauvais qu’on l’avait vendu comme esclave. Il a donné de l’argent pour le racheter. Ko-Thah-Byu a habité avec eux pendant un temps. Il écoutait l’évangile et ne comprenait rien. Ils l’ont supporté. Vous êtes avec un bandit qui a déjà tué plus de trente personnes. Il ne croit pas trop et vous continuez à le garder près de vous ! Une nuit, vous pouvez vous retrouver tous morts !

Les chrétiens l’ont supporté. C’est pourquoi nous revenons là-dessus : Donner sa vie en rançon ! Ces gens-là ont donné leur vie en échange de la libération de Ko-Thah-Byu. Ils prenaient un risque en habitant avec cet homme qui était foncièrement méchant. On dit qu’il était ténébreux. Mais par amour pour Jésus ils ont pris ce risque.

Bien-aimés, quand cet homme a été touché, il a « massacré » sa tribu à lui tout seul. Sachez que cette tribu est éparpillée sur plusieurs pays. Quand il a été touché, il a commencé le travail, Dieu est descendu sur terre. Il a secoué cette tribu. Les conversions sont intervenues par milliers. Ko-Thah-Byu est mort d’épuisement, pour la gloire de Dieu.

(00:44:20) – Il n’a pas calculé

Tous ces gens qui veulent rester en vie sans  s’épuiser, pour produire quoi ? Il est mort d’épuisement car il ne s’arrêtait pas, il fallait sauver des personnes à gauche à droite … Il est un exemple pour nous.

Quand tu as été bandit, quand tu as été méchant et que Dieu te sauve, tu deviens fou d’amour pour Dieu. Tu ne calcules plus rien. Ta reconnaissance pour Dieu est tellement grande que le psaume 123 :2 s’accomplit.Tu as le regard sur les mains de Dieu. Ses mains nous disent à nous tous : Allez sauver les humains, mon Fils a donné sa vie pour eux.

Comment Ko-Thah-Byu pouvait-il se reposer ? Il ne pouvait pas. Quand il regardait Dieu, il voyait l’œuvre de Christ à la croix. Cette œuvre nous appelle à donner notre vie pour les autres, comme lui l’a fait.

Matthieu 20 :28. N’oubliez pas ce passage : Le Fils de l’homme est venu non pour être servi mais pour servir  et  donner sa vie en rançon pour plusieurs. Cet homme a vécu cela, il est mort d’épuisement. Je ne fais pas de la mort par épuisement une règle. Je dis tout simplement que, lorsque nous sommes touchés par le Seigneur, nous ne calculons plus.

C’est le Saint-Esprit qui nous conduit. S’il nous conduit à l’épuisement : Que sa volonté soit faite ! S’il veut nous faire vivre jusqu’à cent ans, comme l’apôtre Jean, que sa volonté soit faite. Il n’y a pas de règle avec l’Esprit de Dieu.

Donne ta vie pour les autres

Le Saint-Esprit est la main de Dieu. Les yeux du serviteur et de la servante sont sur la main de Dieu. Que dit le Saint-Esprit pour toi ? C’est cela qui compte. Certains donnaient beaucoup à Dieu, puis voient d’autres qui s’achètent une nouvelle voiture. Ils se disent : Moi, j’ai donné, moi aussi je vais m’acheter une voiture neuve ! Zéro ! On t’a eu ! Tu veux faire comme les autres, tu n’obéis pas à la voix du Saint-Esprit pour toi !

Chaque dimanche nous mangeons ensemble. Avant que nous soyons organisés, chacun amenait quelque chose. Parfois ce sont toujours les mêmes. Ceux qui amènent ne doivent pas se dire : C’est toujours nous qui amenons, je ne vais plus apporter de nourriture … Non, frère, tu n’as pas compris : Donner sa vie en rançon pour plusieurs.

Il est venu pour servir. Accomplis l’ordre de ton maître : Sers les autres et donne ta vie pour eux ! Nous sommes passés à côté c’est pourquoi Dieu s’est éloigné de nous. Nous devons redevenir ouvriers-serviteurs, obéir à Dieu, à sa Parole en servant les autres, et finir par donner notre vie pour Dieu. Il faut surveiller les mouvements de Dieu. Je me livre, je ne regarde pas aux autres, je fixe mon regard sur les mains de Dieu.

(00:49:30) – Lecture de Philippiens 2: 5-11

Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ,

lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu,

mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme,

il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.

C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,

10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,

11 et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Son nom est élevé

Bien-aimés, je ne veux pas commenter longuement ce passage que l’on a souvent lu. Vous voyez l’écart entre l’état de Fils de Dieu et celui d’un simple homme, sans château, sans carrosse, sans maison. Il va, de rue en rue, parler de son Père , du salut, Il s’occupe des gens qui souffrent. Cet homme est Dieu et  Il vit ainsi, puis est attrapé comme un voleur.  Dieu a créé le ciel et la terre et Il est plus grand que les galaxies. Venir en homme si petit, non seulement petit mais qui sert les autres, un homme qui vit pour les autres : Cela en est resté là ? Non ! Il est ressuscité le troisième jour ! Sa gloire remplit l’univers aujourd’hui. Par la puissance de la résurrection, son nom a été placé au-dessus de tout nom.

Les gens comme Ko-Thah-Byu, Jonathan Edwards, Adoniram Judson, et d’autres encore, qui sont morts d’épuisement … Ce dernier a perdu sa femme dans la mission. Des gens qui quittent les Etats-Unis pour aller en Birmanie, ont leur nom élevé au ciel. Personne ne pourra leur enlever cela.

La mauvaise voie

Tous les ouvriers-patrons, les églises de vingt-mille personnes, les limousines …. Quelqu’un les comptait, il en avait quatorze ! Ashimolowo à Londres se vantait d’avoir trois Hamer, trois Landcruiser … Ils comptent .. Je ne sais pas comment ces gens-là peuvent être debout à parler.

Ce n’est pas Jésus leur maître. Il suffit de regarder Jésus pour le savoir. Il est venu se donner en rançon, Il n’est pas venu pour avoir des véhicules. Je ne suis pas contre les véhicules, mais nous devons suivre Jésus. Le disciple n’est pas plus grand que le maître ! Son nom a été élevé au-dessus de tout nom !

Bien-aimés, notre gloire est de donner notre vie, servir les autres, ce n’est pas recevoir des félicitations ici sur terre, être connus. Nous n’avons pas besoin de cela. Nous avons besoin de la gloire qui vient du plus grand juge. Les humains sont des petits juges qui te disent que tu es le meilleur, cela ne t’amène nulle part. Ils vont t’oublier à ta mort. Quelqu’un d’autre fera du succès après toi.

Suivons Dieu

Quand Dieu dit que tu es grand, ce sera pour l’éternité ! Nous préférons le jugement de Dieu, sa satisfaction, Il est notre patron. C’est ce qu’il faut suivre. Dieu cherche de tels serviteurs. Arrêtons de regarder au résultat humain. Regardons aux mains de Dieu, au Saint-Esprit, à ce qu’il attend de nous. Que l’on soit pauvre, qu’il n’y ait pas beaucoup de monde qui nous suive n’est pas important. Il importe d’obéir à Dieu.

Il y a peu de missionnaires aujourd’hui  car ce n’est pas rentable. Avoir beaucoup de vues sur internet est rentable, mais être missionnaire ne l’est pas. Les gens ont perdu la notion du vrai serviteur, l’esclave de Dieu. Paul, Pierre, qu’ont-ils eu sur terre ? Pouvez-vous donner un seul verset où l’on parle des richesses de Pierre, de Paul, de Jean ou de Jacques ? De Jésus ? Un seul verset où l’on dit qu’ils avaient beaucoup d’argent !

La vraie richesse

Paul dit : Nous sommes pauvres mais nous en enrichissons plusieurs. Je me fais pauvre pour que les autres deviennent riches. C’est cela le serviteur de Dieu. Certains serviteurs de Dieu ne supportent pas de voir un membre de leur église avec une voiture plus belle que la leur. Il doit trouver le moyen d’en avoir une plus belle, il veut être premier en tout. Ce sont des ouvriers-patrons, c’est anti-biblique.

L’apôtre Paul dit : Nous, nous mourons pour que la vie vienne chez vous. Nous nous faisons pauvres pour que vous soyez riches. C’est le serviteur. Il sert les autres. Je m’efface pour que Jésus soit élevé, a dit Jean-Baptiste. Nous devons nous effacer pour que Dieu soit élevé. C’est lui le patron, la gloire doit lui revenir à Lui seul. Ne cherchons pas à être connu, faisons la volonté de Dieu avec amour, les yeux fixés sur ses mains, sur le Saint-Esprit. Qu’attend-il de nous ?

Des ouvriers-serviteurs pour la moisson

Bien-aimés, la moisson est très grande, ce sont les ouvriers qui manquent. Remplir une église de 80 000 personnes alors qu’il y a 200 millions de païens dans ton pays qui ne sont pas convertis, c’est insignifiant ! En Inde, ils sont 1,3 milliards et il n’y a pas plus de 100 Millions de chrétiens, qui ne sont pas tous de vrais chrétiens, mais admettons ! Cela signifie qu’il y a 1,2 milliards d’indiens qui ne connaissent pas Jésus-Christ.

Qu’est-ce que c’est de remplir une église de 20 000 personnes ? Ce n’est rien. Dieu peut faire bien plus que cela. Son  problème est que les gens sont devenus des ouvriers-patrons. Dieu n’est pas là pour servir des ouvriers-patrons. C’est lui le patron. Si des ouvriers serviteurs naissent, vous verrez quelle moisson Dieu pourra récolter  en cette fin des temps. Ma prédication est que tu deviennes ouvrier-serviteur. Dieu va faire de grandes choses, il cherche des ouvriers-serviteurs.

Que le Seigneur nous aide ! Amen !