Shaaraïm

 (en Hebrew: She’arayim  , שעריים‎), qui signifie « Deux portes », est une ville israélite mentionnée à plusieurs reprises dans l’Ancien Testament. Le site se trouve sur une colline surplombant la vallée d’Elah dans les collines de Judée. Cette ville date de l’époque du roi David.

Shaaraïm  –  Khirbet Qeiyafa

Deux portes

Khirbet Qeiyafa est un tell (tell désigne une colline artificielle) identifié en 2008 avec la ville biblique de Sha’arayim (שעריים) ou forteresse d’Elah . C’est une ville du l’époque du roi David. Un ostracon en hébreu ancien y a été découvert.

Le site de Khirbet Qeiyafa se trouve dans le territoire de la Tribu de Juda, à l’ouest de la Shephelah, sur une colline qui surplombe la vallée d’Elah, entre Azéqa (2 km plus à l’ouest) et Sokho (2 km au sud-est). Elle se trouve près de la frontière avec les Philistins, près de Gath (12 km plus bas à l’ouest), sur la route principale qui mène de la plaine côtière philistine à Jérusalem et Hébron dans les montagnes israélites.

C’est un site de deux hectares, fortifié par une double muraille de deux à trois mètres de haut, et de deux portes dont un à quatre chambres et l’autre massif (entouré de deux pierres de dix tonnes) qui est l’entrée principale, tournée vers Jérusalem à l’est. Plusieurs archéologues ont proposé l’identification du site avec la Sha’aryim biblique avant la découverte du second portail (en hébreu, sha’arayim signifie deux portes). Pour Ganor et Garfinkel la découverte du second portail en novembre permet d’identifier le site avec certitude, car c’est le seul site de tout Israël à avoir deux portails.

Cette découverte permet à Ganor et Garfinkel d’attribuer ce site à la tribu de Judah, ce que confirme la porte principale dirigée vers Jérusalem, la différence avec les poteries retrouvée dans la voisine philistine Gath, notamment l’absence de poterie philistine décorée tardive et l’absence d’os de porc dans les restes découverts.

Dans les textes bibliques

La première occurrence de Sha’arayim se trouve dans la description de l’héritage de la Tribu de Juda en Josué 15, juste après les villes Sokho et Azéka. 

Josué 15 : 33- 41

33 Dans la plaine: Eschthaol, Tsorea, Aschna,

34 Zanoach, En Gannim, Tappuach, Énam,

35 Jarmuth, Adullam, Soco, Azéka,

36 Schaaraïm, Adithaïm, Guedéra, et Guedérothaïm; quatorze villes, et leurs villages.

37 Tsenan, Hadascha, Migdal Gad,

38 Dilean, Mitspé, Joktheel,

39 Lakis, Botskath, Églon,

40 Cabbon, Lachmas, Kithlisch,

41 Guedéroth, Beth Dagon, Naama, et Makkéda; seize villes, et leurs villages.

 

 Dans le livre de 1 Samuel 17:52, les Philistins s’enfuient par la route de Sha’arayim après que David ait tué Goliath.

 

52 Et les hommes d’Israël et de Juda poussèrent des cris, et allèrent à la poursuite des Philistins jusque dans la vallée et jusqu’aux portes d’Ékron. Les Philistins blessés à mort tombèrent dans le chemin de Schaaraïm jusqu’à Gath et jusqu’à Ékron.

 

La ville est ensuite mentionnée en 1 Chroniques 4, cette fois parmi l’héritage de Siméon.

24 Fils de Siméon: Nemuel, Jamin, Jarib, Zérach, Saül.

25 Fils de Saül: Schallum. Mibsam, son fils; Mischma, son fils.

26 Fils de Mischma: Hammuel, son fils. Zaccur, son fils; Schimeï, son fils.

27 Schimeï eut seize fils et six filles. Ses frères n’eurent pas beaucoup de fils. Et toutes leurs familles ne se multiplièrent pas autant que les fils de Juda.

28 Ils habitaient à Beer Schéba, à Molada, à Hatsar Schual,

29 à Bilha, à Etsem, à Tholad,

30 à Bethuel, à Horma, à Tsiklag,

31 à Beth Marcaboth, à Hatsar Susim, à Beth Bireï et à Schaaraïm. Ce furent là leurs villes jusqu’au règne de David, et leurs villages.

 

Le contexte biblique situe Sha’arayim sur la frontière entre les Philistins et les Israélites. Gath, la ville de Goliath se trouve à 12 km en descendant les collines. C’est une région de conflit permanent entre les Israélites et les Philistins, comme l’illustrent les nombreuses histoires de guerriers dont celles de Goliath. L’histoire de Samson se déroule autour de Beth Shemesh, à proximité dans la Shéphélah.

Mais il nous faut être prudent sur les homonymies. C’est ainsi que je découvrais lors d’un précédent voyage un lieu appelé Carmel au sud de Jérusalem qui n’a rien à voir avec le mont Carmel. Ce carmel désignerait mieux le Carmel d’où est originaire Abigaïl de Carmel, femme de Nabal, de 1 Samuel 25 et 27

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.